Datura stramoine

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Datura stramonium
Ravageur

Depuis 2003, date de l’arrêt de l’atrazine, les populations de datura ne cessent d’augmenter sur le département. On en retrouve à la fois dans les zones cultivées mais aussi sur les bords des routes, les ronds-points, les terrains vagues et les jardins. C’est une plante très toxique pour l’homme et l’animal (elle contient des alcaloïdes tropaniques) et se dissémine très facilement. La gestion de cette solanacée devient primordiale.


Biologie : Reconnaissance et cycle

La plante : elle peut atteindre jusqu’à 2 m de haut et se développe dans tous les types de sol, majoritairement dans les cultures estivales mais on en retrouve aujourd’hui aussi dans les colzas. Sa caractéristique est son odeur désagréable au froissement

Les feuilles : hormis de légers poils blanchâtres sur les très jeunes feuilles et les pétioles, la plante est globalement glabre.

Les fleurs : blanches en forme d’entonnoirs qui mesurent jusqu’à 10 cm de long Les fruits ou bogues : de 4-5 cm il est couvert d’épines et contiennent les graines Les graines : de 2.5 à 3.5 mm

Indicatrice de : pollution des sols par les engrais ou produits phytosanitaires[1]

Son cycle :

Une plante produit de 0 à 500 graines et les levées sont très échelonnées

Jan Fév Mars Avril Mai Juin Juillet Août Sept Oct Nov Déc
Germination x x x x x x
Floraison x x x
Maturation x x x

La viabilité des graines de Datura dans le sol est supérieure à 30 ans et elles sont capables de germer même à 15 cm de profondeur.

Cultures concernées

Le datura peut se développer dans toutes les cultures estivales : maïs, millet, sarrasin, soja, tournesol, sorgho mais aussi dans les carottes, lin, et dans les couverts d’interculture, pommes de terre et dans le colza et ce qui augmente le stock grainier.

Il y a également un risque de contamination des farines de sarrasin, sorgho, millet. Le broyage des graines multiplie par 3 la toxicité.

La présence de datura peut être un motif de refus de récolte en pois, haricot, flageolet, maïs doux, maïs pop- corn etc.

Il existe aussi un risque d’intoxication par les tourteaux de soja. En patûre, les animaux ne le consomment pas mais, à maturité, quand le fruit est au sol, les animaux peuvent s’intoxiquer en consommant l’herbe autour.[2]

Réglementation

Le datura contient des alcaloïdes tropaniques (atropine et scopolamine) qui agissent sur le système nerveux central des hommes et des animaux entrainant des troubles cardiaques... Les très faibles quantités provoquant une intoxication, des teneurs en alcaloïdes tropaniques ont été fixées à des seuils très bas dans l’alimentation humaine et animale.

Animale

Aujourd’hui la dose toxique chez les bovins est de 600 à 900 mg de graines par kilo de poids vif. Depuis juin 2011, la norme récolte ne doit pas dépasser 1g par kg de graines destinées à la fabrication des aliments pour animaux (Directive Européenne 2002/32).


A ce jour l’ARfD (Acute Reference Value) c’est-à-dire la toxicité aigüe de ces alcaloïdes tropaniques est fixée à : 0.016 µg/kg de poids soit 1.12µg pour une personne de 70 kg ce qui correspond à une valeur très faible donc une dangerosité importante de ces alcaloïdes.

Pour le Baby Food la règlementation est fixée à 1µg/kg d’atropine et 1µg / kg de scopolamine.


Pour la récolte 2022, un projet de réglementation européen prévoit de fixer des teneurs maximales pour la nutrition humaine sur différentes cultures. La règlementation fixerait les conditions d’accès au marché qui ne s’applique pas sortie de champs mais sortie de silo en vue d’une 1ère transformation :

  • Le Maïs Grain : 15 µg/kg de la somme Atropine + Scopolamine
  • Le Maïs pop-corn : 5 µg/kg de la somme Atropine + Scopolamine
  • Le Millet et Sorgho (grains et produits transformés) : 5 µg/kg de la somme Atropine + Scopolamine
  • Le Sarrasin : 10 µg/kg de la somme Atropine + Scopolamine

En moyenne 1 gramme de graine de Datura contient 443 µg d’alcaloïdes tropaniques soit 1 gaine de datura = 28 µg d’alcaloïdes tropaniques, ce qui reviendrait à chercher 1 graine de datura dans

  • 2 kg de Maïs Grain
  • 3 kg de Sarrasin
  • 6 kg de Millet, Maïs Pop-Corn et Sorgho.

Méthodes de lutte

La Prophylaxie est primordiale

  • La rotation : à condition de soigner les pratiques culturales l’alternance entre cultures d’hiver, de printemps et d’été permettent de limiter la menace. Mais dans les parcelles à problème, éviter le retour fréquent des cultures où le datura est difficile à détruire ex : tournesol.
  • Assurer un peuplement homogène de la culture (ex tournesol) car le datura est très sensible à la concurrence
  • Pour les plantes qui ne sont pas encore montées à graine : arracher les manuellement, utiliser un roto file ou roto lame ou broyer y compris en bordure des champs, des fossés et dans les passages d’enrouleurs. Sortir les résidus de la parcelle car des graines non matures vont quand même finir leur cycle et être capable de germer. Des plantes arrachées ont une grande capacité à repiquer.        
  • Pour les plantes déjà à graine : Dans la mesure du possible les sortir de la parcelle et les composter à 70°C minimum sur une plateforme étanche pour s’assurer de la non viabilité des graines.


  • Avant moisson : S’assurer que la machine arrivée au champ soit très bien nettoyée avec des grilles spécifiques pour éviter une dissémination d’une parcelle à l’autre

Chimique par cultures

Les matières actives possibles : la mésotrione, la mésotrione+ S métolachlore, la bentazone, l’imazamox, le bromoxynil, le clopyralid, le flurochloridone, le fluroxypyr, l’isoxaflutole, la pethoxamide, le tribénuron- méthyle…

Cultures Solutions chimiques Solutions variétales
Colza (peu de

références car culture automne)

En prélevée : BUTISAN S, CENTIUM 36 CS

En post levée : Clopyralid (LONTREL pas avant le 15/02). MOZZAR en localisé à pleine dose

Céréales (peu de

références car culture automne)

En post levée : ZYPAR 0.75 L/ha; PIXXARO EC 0.5 L/ha ; BOFIX 2.5 L/ha

ALLIE MAX SX, BIPLAY SX

Tournesol En prélevée : RACER ME, ATIC AQUA 2,6 L/ha En post levée uniquement sur les variétés tolérantes : les herbicides PULSAR 40, PASSAT PLUS, DAVAI et EXPRESS SX sont

très efficaces

Pulsar 40 1,25 L/ha Ou PROWL 400 2,5 L/ha en pré puis PULSAR 40 1,25 L/ha en post.

EXPRESS   SX,  si  possible   en

séquence pour gérer les levées échelonnées.

Maïs En pré levée : CAMIX 2.5 L/ha ; ISARD 0.8 L/ha + MERLIN FLEXX 1.7 L/ha ; DUAL GOLD SAFENEUR 1.1 L/ha + ADENGO XTRA 0.33 L/ha  ; ISARD / SPECTRUM 1,2-1,4 L/ha ; DAKOTA-P

/ WING-P / BELOGA-P 4 L/ha; ALCANCE; ATIC AQUA 2,6 L/ha.

En post levée (précoce 2/3 feuilles) :

ISARD 0.8 L/ha + CAPRENO 0.2 L/ha ; CAMIX 2.5 L/ha +

nicosulfuron 20g/ha

Jusqu’à 8 feuilles :

ELUMIS 0.7 L/ha ; nicosulfuron 30g/ha + LAUDIS WG 0.3 KG/ha ; SOUVERAIN OD 1.2 L/ha ; CONQUERANT 0.4 KG/ha ; MONSOON ACTIVE 1 L/ha.


Après 8 feuilles avec utilisation de pendillards : BANVEL 4S 0.2 L/ha

Soja En pré levée : MERCANTOR GOLD, PROMAN (efficacité moyenne)

En post levée : PULSAR 40 et DAVAI

Millet En pré levée : MERCANTOR GOLD ;

En post levée : CASPER ; BASAGRAN ; EMBLEM, (fin d’utilisation au 17/09/2021) ; ATIC AQUA 2,6 L/ha

Sorgho En pré levée : MERCANTOR GOLD ; ALCANCE 85 à 95%

efficacité

En post levée : CASPER, ATIC AQUA 2,6 L/ha

Lin de printemps En pré levée : CALLIPRIME XTRA


En post levée : BASAGRAN SG ; LONTREL SG ; EMBLEM (fin d’utilisation au 17/09/2021) ;

Sarrasin Pas de solution chimique homologuée : culture à éviter
Couverts et méteils Pas de solution chimique : culture à éviter
Pois féveroles, lentilles de printemps En pré levée : CENTIUM 36 CS (sauf lentilles), STALLION SYNC TEC 70 à 85% efficacité (sauf lentilles)

En post levée : CORUM ou BASAGRAN SG (sauf féveroles et

lentilles)

Pomme de terre BASTILLE 1.5 KG/ha + TOUTATIS DAMTEC 2.25 kg/ha.
Betteraves BETANAL TANDEM 0.7 L/ha (3 passages), ou CONVISO ONE 1

L/ha

Interculture Glyphosate 3,5 l (à 360 g/l)

Mécanique

  • Pour réduire le stock grainier en période estivale multiplier les travaux du sol (déchaumages et faux semis) pour diminuer le stock grainier
  • Le labour ne présente pas d’intérêt dans la lutte
  • Pour le désherbage mécanique :
    • La herse et la houe rotative sont souvent peu efficaces ou aléatoires, à cause notamment des levées échelonnées
    • Le binage pratiqué à plusieurs reprises est intéressant mais il faut que les daturas soient très jeunes et qu’il fasse très sec pendant plusieurs jours derrière car il reste néanmoins des risques de repiquages (particularité de cette plante)

Gel

La destruction par le gel n’est pas suffisante

En savoir plus



Annexes


  1. Guide des plantes bio-indicatrices les BIOS du Gers
  2. source UNILET
Partager sur :