Logo MSV Normandie officiel.png

Ferme le Champ au Loup - ITK Maraîchage Sol Vivant sur petite surface

De Triple Performance
Aller à :navigation, rechercher
Page Facebook Le Champ Au Loup


Présentation du contexte et des itinéraires techniques mis en place par Hadrien Marquet à la ferme Le Champ Au Loup, petite surface en maraîchage sol vivant à Gavray-sur-Sienne (50). Les informations présentées sur cette page sont issues de plusieurs comptes rendus de visites de ferme réalisées depuis 2019.


Présentation générale de la ferme

  • Localisation : Gavray-sur-Sienne, Manche (50).
  • Année d'installation : 2017, début de production en 2018 avec l’installation des serres.
  • Formation : Anciennement informaticien, BPREA, Biopousse (espace test).
  • Sol : limono-sableux. En MSV depuis le début, ce qui correspond bien au terrain car il y a peu de profondeur de sol de 15 à 40 cm et des cailloux. Donc ce n'est pas possible de travailler le sol sinon on remonte des cailloux. Et en plus de cela, les principes du MSV l'intéressaient.
  • pH : 6, Sol acide (roche mère = grès). Il était de 5,2  au démarrage. Un peu de calcium a été apporté à l’installation.
  • MO : 8 à 9, le taux était de 3,5 au démarrage.
  • SAU : 2 ha avec 1000m2 de serre et 3500m² cultivé en plein champ.
  • UTH : 1.
  • Cahier des charges : Agriculture Biologique.
  • Cultures : Planches permanentes de 80cm de large et 30m de long standardisées. Serre de 32 m de long et 8 m de large et passe-pieds de 30 à 45cm gérés au paillage (paille), 12 à 15 ballot de 250 à 300 kg pour gérer les passe-pieds.
  • Production : Carottes, pommes de terre, choux, courges, mandarines, pommes, poires, framboises, fraises, citrons, yuzu, poivre de Sichuan, aubergines, poivrons, tomates, basilic, haricots, ail, oignons, courgettes, concombres, poireaux, potimarrons, butternuts, patidou.


Organisation sur la ferme

  • Hadrien Marquet travaille seul sur la ferme, mais chaque année il prend un BPREA en stage. En 2022, il n'a pas trouvé de stagiaire mais il a commencé à prendre des woofers.
  • 35h l'hiver et 40 à 50h au printemps, été et automne. Il essaye de ne pas dépasser les 50h par semaine.
  • Il n'a pas d'enfant et sa compagne travaille à l'extérieur ce qui permet de compléter avec un autre salaire.


Commercialisation

Il réalise sa commercialisation en circuit court uniquement.

  • Il propose des paniers en ligne qui sont livrés en Bretagne à moins d'une heure de route = 40% du chiffre d'affaire (le mardi).
  • Il a également un marché de producteur à Coutance = 40% du chiffre d'affaire. C'est une association où il y a un investissement (permanences, etc.) de 12 structures vraiment investies en plus de 20 autres structures qui approvisionnent. Le magasin est ouvert du mercredi au samedi. Il faut livrer régulièrement pour éviter les pertes car celles-ci sont à la charge d’Hadrien.
  • Les 20% restant du chiffre d'affaire sont la vente de paniers en ligne réalisée à la ferme. En plus il livre un restaurant.

Selon Hadrien, il passe trop de temps sur les paniers et la vente, en plus la vente en Bretagne baisse et coûte cher en carburant. C'est pourquoi il est en train de changer sa commercialisation. Il va remplacer par un marché à Bréhal (mardi). Il va faire le marché avec un autre maraîcher en se partageant un étal pour deux. Ils amènent la même quantité de légumes qu’ils ont tous les deux et font 50/50 sur ces légumes, et chacun amène ce qu’il produit que l’autre n’a pas. Il connaît déjà bien ce maraîcher.

Il va aussi faire un peu d'achat revente à partir de janvier (carotte, Pdt, choux, ...).


Stratégie et résultats économiques

Chiffre d’affaire :

  • Année 1 : 18 000€.
  • Année 2 : 30 000€.
  • Année 3 : 46 000€.
  • Année 4 : 41 000€ avec 500€ de revenu.
  • Installation : 80 000€ au total sans déduire les aides DJA (Dotation Jeune Agriculteur) de 16 000€.
  • Les charges MSA : Environ 3 000 à 4 000€ par an.

Hadrien a contracté un prêt de 40 000€. Avec 30 000€ de serre dont la moitié de subvention fournit par le PCAE, c'est compliqué mais ça rapporte. Au début il payait une comptable mais a décidé de faire sa comptabilité lui même.


Matériel, stockage et irrigation

Matériel

  • Micro tracteur de 25CV à 6 000€ d’occasion. Les pièces coûtent cher, l'entretien et les outils aussi. Il y a un pique botte à l'arrière.
  • Bennette pour le compost. 3 à 4 voyages pour une planche.
  • Semoir Terradonis jp1.


Stockage

Stockages des courges dans la maison avec déshumidificateur, dans une pièce non chauffée et il n'y a pas de chambre froide.


Irrigation

Arrosage par aspersion et goutte à goutte dans les serres et en micro aspersion (Naimkab) pour l’extérieur.

Il y a un forage à 33m avec un débit de 15m3 heure au début, maintenant il y a 3m3, c'est pourquoi Hadrien doit trouver une solution.

Il ne sait pas combien d'eau est utilisée car il utilise aussi l'eau pour le chauffage de la maison.


Ressources en matière organique

Il utilise un compost de déchet vert acquis auprès d'une déchetterie, commandé avec d'autres maraîchers pour 5€ HT plus 200€ de livraison. C'est très utile pour les semis (carottes, etc), cependant il est très séchant donc il faut bien arroser au début ou mettre une bâche.

Sur les premières années il y a eu 75 tonnes par an de compost apportées en surface. Parfois il y a un décompactage mécanique avec des dents. Après une planche de compost c'est quasiment "propre", donc un coup de broyeur pour une plantation ce qui permet d'utiliser 2 fois la matière avec un seul épandage.


Itinéraires techniques

Pépinière et plants

  • Arbres : Il y a un mandarinier (35kg l’année dernière), citronnier yuzu (une centaine de fruits), poivrier du Sichuan, etc. Il a aussi planté pas mal de pommiers, poiriers, framboisiers, fraisiers, citronniers.
  • Plants : Hadrien se fournit chez Agrosemens. Tous les plants sont faits par lui même, sauf les aubergines et poivrons greffés qui sont de 3 à 4€ pour le plant greffé. Il fait de la F1 car il reste pragmatique. Si des variétés populations marchent bien il reste sur de la population. Si ça ne marche pas, il fait de la F1.

Il vend également quelques plants de tomates et basilic. Les choux ne marchent pas bien ici donc il en fait presque plus. Il utilise une table chauffante avec des câbles faits maison, ça fonctionne et c'est à moindre coût.


Sous abris

  • Poivrons :associés au basilic.
  • Tomates :sur bâches tissées, avec un engrais bouchon (sur tomates, aubergines, poivrons, et plantes gourmandes) à la préparation de la planche avant le broyage des résidus de culture. Un plant tous les 25 cm, conduite à une tête, effeuillage quand il fait beau.
  • Aubergines greffées : sur bâches tissées, plantées début avril. Tous les 50cm. Effeuillage et taille au début. Variété Shakira.
  • Ail et oignons : sur paille, plantés mi octobre, sur le sol nu puis apport d’une bonne épaisseur de paille. Broyage après la culture. Utilise des bulbilles d'oignons jaune même pour faire l'oignon botte. Plantation dense. Ce qui reste après les oignons bottes est laissé au champ pour oignon de conservation. L'ail est planté dense car il est utilisé en primeur et pour ceux qui restent c'est utilisé en conservation.
  • Courgettes : en serre plantée tous les 50cm sur bâche, c'est assez dense. Plantées en mars.  Elles se terminent mi-juillet ensuite broyage et implantation d'une autre culture derrière. Début des récoltes en mai. Variété Parthenon principalement et un peu de population. Hadrien fait aussi une série en extérieur, plantation début juin et fait des pickles avec le surplus de courgette.
  • Concombre : sur bâche tissée tous les 25 cm, tuteurage au fil.


Plein champ

Les démarrages de jardin sont faits par ouverture de la prairie avec des bâches. Il y a 7 zones (jardins) de 500m2.

La rotation se fait sur 7 ans. Hadrien pense à changer pour réduire la rotation car des plants se plaisent mieux sur le haut de la parcelle plutôt que sur le bas. Et aussi pour mettre les cultures où il faut aller plus souvent en haut de la parcelle.

  • Pomme de terre buttée : Il y a 2 buttages, le premier lors de la plantation puis un autre plus tard. Précédent engrais vert d'automne qui a poussé au printemps. Il y a un nettoyage de la parcelle au printemps. Pour nettoyer il aurait dû bâcher mais il n’a pas eu temps donc travail du sol. Après la récolte en septembre, il y a bâchage. Avant il faisait la pomme de terre sur paille mais ça coûtait 500€ de paille pour 500m2 donc pas ou peu rentable.
  • Carotte de conservation : cultivée sur compost.
  • Poireau : cultivé sur compost. Les trous sont fait au plantoir à 5 dents.
  • Courge : cultivée sur bâches, avec un intervalle de 50cm entre chaque plant.
  • Potimarron : de variété Red curry.
  • Butternut : de variété Sucrine du berry.
  • Patidou.
  • Oignons : sur bâche tissée, plantés tous les 10 cm x 15 cm. Semis et bulbilles mais c'est plus simple avec les oignons semis. La première année, il a fallut pas mal de temps pour trouer les bâches et il y a quand même un désherbage dans les trous.


Galerie photos


Partager sur :